Toute une gamme au service de votre peau depuis plus de 70 ans

La dermatite atopique en 10 questions

La dermatite atopique en 10 questions

Des poussées de plaques rouges, une peau sèche, qui gratte sans cesse… Ça vous rappelle des (mauvais) souvenirs ? La dermatite atopique est une maladie de peau qui touche les grands comme les petits. Votre enfant est en pleine poussée et vous ne savez pas comment réagir ? Il vous arrive d’en avoir aussi ? Voici quelques repères pour la comprendre, la traiter et vivre avec au quotidien.

1/ Qu’est-ce que l’atopie ?

Avoir un « terrain atopique » c’est posséder une prédisposition héréditaire à développer des allergies courantes. C’est pour cela que la dermatite atopique concerne généralement plusieurs membres d’une même famille, et que les personnes touchées présentent souvent d’autres réactions allergiques, comme une rhinite ou un asthme. Ses causes sont à la fois génétiques et environnementales.

2/ Qui est touché par la dermatite atopique[1] ?

On estime que 12 à 15 % des Français sont touchés. Elle concerne 20 % des moins de 7 ans et environ 18 % des 7-16 ans. Cet eczéma peut même apparaître dès les premiers mois de la vie ! Et s’il disparaît en général spontanément à l’adolescence, il peut toutefois persister ou même se déclarer à l’âge adulte. Il s’agit par ailleurs d’une maladie de peau de plus en plus répandue, le nombre d’individus atteints a en effet triplé en trente ans dans les pays développés.

3/ Quels sont les symptômes de la dermatite atopique ?

Bebe

Elle se manifeste par une peau sèche et des plaques rouges, rugueuses, inflammatoires, qui démangent et qu’on appelle « prurit ». Elles apparaissent « en relief » sur la peau, suintent puis forment des croûtes.

  • Chez le nourrisson, ces plaques se développent le plus souvent sur le visage (joues, menton, front), le cuir chevelu, les bras et les jambes. Le bébé a tendance à frotter ses plaques contre les draps ou autres surfaces accessibles pour se gratter
  • Chez l’enfant de plus de deux ans, ces plaques touchent principalement les coudes, l’arrière des genoux, les oreilles, les poignets, les chevilles et les mains.
  • Chez l’adulte, il s’agit plutôt du cou, de la tête, des épaules et de la poitrine.

À noter que la dermatite atopique survient par poussées. Aux périodes de crises inflammatoires avec formation de plaques rouges, suivent des périodes de rémission, sans eczéma, de durées variables.

Enfant

4/ Pourquoi la dermatite atopique survient-elle ?

La barrière cutanée des personnes à peau atopique est fragilisée et ne joue plus son rôle protecteur. Elle laisse s’évaporer trop d’eau, entraînant une sécheresse, et ne bloque plus les allergènes, qui peuvent pénétrer dans la peau. Ceux-ci déclenchent une réaction inflammatoire locale responsable de la rougeur et des démangeaisons.

5/ Quelle crème utiliser pour soulager votre eczéma atopique ou celui de votre bébé ?

Traiter les symptômes de la dermatite permet d’améliorer le confort et la qualité de vie de celui qui en souffre. Chez l’adulte comme chez l’enfant, la crème à utiliser dépend de la phase :

  • En phase inflammatoire (crise) : le médecin peut prescrire une crème à base de cortisone. Si l’eczéma n’est pas sévère, vous pouvez appliquer BepanthenSensicalm®, crème anti-démangeaisons (dispositif médical). Sans cortisone, cette crème répare la barrière cutanée et soulage les démangeaisons. C’est un relais efficace aux corticoïdes et un complément intéressant aux traitements dermocorticoïdes.
  • En période d’accalmie (rémission) : lorsque la peau est sèche et non rouge, vous pouvez appliquer une crème émolliente comme BepanthenSensiderm® baume émollient (dermo-cosmétique).

6/ Quels sont les soins complémentaires à adopter ?

Ce sont des gestes quotidiens qui évitent de l’aggraver ! Il faut par exemple préférer les douches courtes aux longs bains, veiller à ce que la température de l’eau n’excède pas les 34 °C, utiliser des produits lavants doux, sans savon, sans conservateur et sans parfum. Le séchage de la peau doit se faire avec une serviette en coton, en tamponnant doucement. Enfin, l’application quotidienne d’une crème émolliente adaptée est conseillée.

7/ Quels sont les facteurs pouvant aggraver une dermatite atopique ?

Les facteurs plus courants sont :

  • Le savon et les produits d’entretien comme la lessive ou le liquide vaisselle
  • Les pollens et poussières
  • Certains aliments
  • La chaleur et la sueur
  • Certains tissus, en particulier s’ils sont rêches ou non respirants
  • Le stress

Il faut les retirer de son environnement lorsque c’est possible, en mettant des gants pour la vaisselle ou en ne portant que des vêtements en coton par exemple, pour observer une éventuelle amélioration.

8/ La dermatite est-elle une maladie contagieuse ?

Enfant

Non, il n’y a donc aucun risque de la transmettre aux autres. En revanche, il existe une prédisposition génétique importante. En effet, si l’un ou les deux parents sont atteints de dermatite, alors l’enfant risquera lui aussi de déclarer cette maladie.

9/ Quelle est la différence avec un eczéma de contact ?

Un eczéma de contact apparaît sur votre peau lorsque vous touchez une substance ou un objet précis, comme un bijou en nickel. Il suffit donc d’éviter le contact avec cet objet pour qu’il n’apparaisse pas. À noter que les deux types d’eczéma – atopique et de contact — peuvent être associés chez le même individu.

10/ Peut-elle entraîner des complications ?

Oui, même si elles sont heureusement plutôt rares. Les plus fréquentes sont les colonisations des lésions cutanées par le staphylocoque doré ou le virus de l’herpès.

Par ailleurs, la dermatite peut aussi avoir des conséquences psychologiques chez la personne ou les parents du bébé concerné. Il n’est jamais simple de faire face à des réactions cutanées extrêmes, d’autant plus lorsqu’elles touchent un enfant en bas-âge. Mais rassurez-vous : des traitements existent !

L.FR.MKT.CC.07.2018.1747